Skip to content

Get Out, un premier film brillant

 

On se retrouve aujourd’hui pour un nouvel article, et cette semaine on va parler d’un film qui a fait son petit effet dans le monde du cinéma : Get Out, premier film du réalisateur Jordan Peele, qui a connu jusque là une carrière d’acteur. L’exercice du premier film est périlleux, d’autant plus lorsque l’on choisit de s’aventurer dans le genre du film d’horreur. Parler du film sans en dévoiler trop -je suis gentille, je vais éviter de vous spoiler- est délicat, cet article risque donc d’être concis.

L‘un des points forts du film n’est autre que son scénario -vous pouvez oublier vos préjugés sur le genre, Get Out s’en détache complètement Chris et Rose, couple mixte, se rendent dans la famille de cette dernière le temps d’un week-end. Il s’agit de la première rencontre entre Chris et ses beaux-parents, mais à peine arrivé sur le domaine, il sent une ambiance étrange peser sur les lieux.

Photo extraite du film Get Out réalisé par Jordan Peele. Source : www.citizenpoulpe.com
Photo extraite du film Get Out réalisé par Jordan Peele. Source : www.citizenpoulpe.com

L‘horreur est un genre assez délicat -casse gueule selon moi- qu’il faut manier avec délicatesse. Se tourner dans cette direction pour un premier film est donc une prise de risque conséquente. Pourtant, Jordan Peele nous donne une belle leçon de film d’horreur. En plus d’en maîtriser les codes, le réalisateur présente un scénario original et réfléchi -il est tout à fait glaçant- détonnant totalement des propositions plus classiques. Ce scénario est le point fort de Get Out. Il ne s’agit pas seulement d’un scénario d’horreur mais il évoque aussi les questions raciales, abordant le racisme ordinaire sous-couvert d’une comparaison aux Etats américains alors que l’esclavagisme était encore en vigueur. Très bien ficelé, il nourrit jusqu’au bout le suspense, dévoilant avec parcimonie les divers éléments de l’intrigue -jusqu’à la dernière scène Peele nous tient en haleine et ça c’est beau- Accompagné d’une touche d’humour, le réalisateur dilate la tension et joue avec les émotions de son spectateur qui passe de l’incrédulité au malaise.

La grande qualité du film est aussi son exposition. Jordan Peele prend le temps de mettre en place son contexte, de l’expliquer, de mettre en scène une gêne latente -à retenir la scène d’ouverture en plan séquence- L’aspect horrifique n’arrive donc que tardivement mais pour n’être que plus frappant, terrifiant. Le choix de prendre du temps pour expliquer les doutes de Chris, de le laisser -ainsi que nous- dans l’incertitude renforce l’aspect terrifiant du film. Pour faire naître la peur, le cinéaste joue sur le doute et le pari est gagnant. Le côté effrayant du film est aussi le fruit d’une mise en scène minutieuse et maîtrisée, renforçant par moment le doute -à noter la très belle scène de bingo-

Photo extraite du film Get Out réalisé par Jordan Peele. Source : www.thenationalstudents.com
Photo extraite du film Get Out réalisé par Jordan Peele. Source : www.thenationalstudents.com

Get Out nous propose aussi une écriture des personnages et un jeu d’acteur aboutis. Le duo formé par Daniel Kaluuya et Allison Williams est détonnant, juste -on ne soupçonnerait pas la nature profonde de Rose- Les personnages sont eux totalement développés, leurs actes sont tous justifiés aux yeux du spectateur. Avec une psychologie étudiée, il ne sont que plus convaincants -beaucoup de films négligent cet aspect- Ces protagonistes qui deviennent attachants, auquel le spectateur s’identifie -dans un soucis de lever le mystère sur cette demeure étrange- sont un pilier fort du film. En plus de leur créer une vraie histoire, Jordan Peele casse les codifications associées aux personnages de film d’horreur -le personnage de couleur noire ne meurt pas, c’est un exploit !- En effet, l’horreur ne vient plus d’un esprit, d’une matière obscure invincible mais des Hommes eux-même. Les protagonistes -et le spectateur par la même occasion- font face à l’atrocité humaine. Le réalisateur brise les règles manichéennes jusque là extrêmement présentes dans le genre.

Avec Get Out, Jordan Peele fait le pari réussi de proposer de la nouveauté, d’innover. A travers une critique sociale très lourde et assumée -à raison- le cinéaste fait une déclaration d’amour à l’horreur. Réfléchi dans ses moindres détails, Get Out annonce une carrière prometteuse pour Peele. J’espère que cet article vous a plu -je m’excuse pour cet article un peu succinct, parler du film sans trop en dévoiler était compliqué- Avez-vous vu le film ? Qu’en avez-vous pensé ? Dites-moi tout en commentaire. On se retrouve la semaine prochaine pour un nouvel article !

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 Comments

  1. Bonjour !
    Je trouve que Get Out relève plus du thriller psychologique que du film d’horreur, et en ça, il est très réussi !

    • Léa Dabrowski Léa Dabrowski

      Bonjour, merci pour ton commentaire 🙂
      C’est vrai que le film oscille entre les deux genres mais globalement il est classifié comme film d’horreur/épouvante par les exploitants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *