Skip to content

La La Land, une pépite de bonheur

 

Bonjour à tous ! On se retrouve aujourd’hui pour un nouvel article et il s’agit d’une critique de film. Suite à un petit sondage sur Twitter, la majorité d’entre vous a voté pour un film très attendu et synonyme de chef d’œuvre : La La Land, le troisième film du jeune réalisateur Damien Chazelle -eh oui, Whiplash n’est pas son premier long métrage- Après avoir raflé 7 prix lors de la dernière édition des Golden Globes, une certaine attente s’était formée autour du film sorti depuis décembre aux Etats-Unis. Autant dire que la réception et le succès du film sont décisifs pour le réalisateur.

Les films de Damien Chazelle sont animés par la musique et plus particulièrement le jazz, et La La Land ne fait pas exception à la règle. Le réalisateur nous offrait déjà une belle introduction à cette musique dans Guy and Madeline on a Park Bench, bien entendu poursuivie et approfondie avec Whiplash. Outre cette référence à la musique, c’est au cinéma et en particulier à la comédie musicale que le cinéaste rend hommage dans La La Land. Quand ces scènes musicales étaient timides dans son premier long métrage, elles parsèment ici le film avec une douceur et une beauté sans nom. L’intrigue pourrait paraître simple : Mia, une jeune serveuse, rêve de devenir actrice mais enchaîne les castings désastreux tandis que Sebastian rêve de monter son club de jazz mais subsiste en jouant dans des clubs miteux. Le destin qui va les réunir va les mettre face à leur rêve.

Extrait du film La La Land réalisé par Damien Chazelle. Source : www.melty.fr
Extrait du film La La Land réalisé par Damien Chazelle.

Damien Chazelle réussit à mettre en scène toute la nuance de son sujet, montrant l’espoir qui anime ses personnages tout comme leurs désillusions et leurs échecs. Il réussit à porter le spectateur qui va d’émotion en émotion, touché par Mia et Sebastian que l’on souhaite voir réussir. Les problématiques évoquées sont profondes, ce qui contraste avec le côté léger apporté par la comédie musicale. Chazelle insuffle une dimension puissante à ses protagonistes, comme Mia qui se révèle être indépendante et cherche à réussir par elle-même sans dépendre de qui que ce soit. Les deux protagonistes sont animés par une passion profonde, ils se construisent un idéal autour de leur rêve, une image préconçue. La La Land montre que certes les rêves sont réalisables, que rien n’est impossible mais qu’ils sont aussi souvent loin d’être ce que l’on s’imagine.

Outre un scénario finement travaillé, La La Land offre une esthétique et une mise en scène ambitieuse et soignée. Chazelle nous propose des univers colorés, de douce rêverie dans lesquels on prend plaisir à se laisser porter. Les plans séquences se multiplient dans le film, lui donnant un rythme entraînant et montrant la maîtrise du réalisateur. On retrouve au sein de ces scènes un clin d’œil certes aux comédies musicales telles que Grease avec ses costumes colorée, à Chantons sous la pluie ou encore à Mary Poppins et au Moulin Rouge, mais aussi au cinéma hollywoodien des années 1950 avec ces séquences tournées en studio. La La Land ne fait pas que rendre un simple hommage à certains grands films mais en reprend quelques plans, nous remémorant de grands classiques et leur virtuosité. Chazelle n’hésite pas à mettre en avant le côté autant artificiel qu’idéal que représentent les studios hollywoodiens et fait de ses personnages des protagonistes hauts en couleurs et pétillants de vie, rappelant d’une certaine manière les stars de l’âge d’or hollywoodien.

Extrait du film La La Land réalisé par Damien Chazelle.
Extrait du film La La Land réalisé par Damien Chazelle.

Mais le film est aussi surprenant d’un point de vue esthétique. Alors que le cinéma nous a de plus en plus habitués à des plans courts, rapides, à des actions qui s’enchaînent pour accrocher l’attention du spectateur, La La Land lui prend le contrepied de ces normes. En s’inspirant des films de comédie musicale, Chazelle en reprend les codes et propose plusieurs plans séquences innovant dans leur mise en scène. Le réalisateur propose des mouvements de caméra et des points de vue complexes à réaliser, ce qui ne fait qu’intensifier le charme du film. Au-delà de mouvements de caméra impressionnants, La La Land propose des univers à la fois indépendants les uns des autres et complémentaires, qui transportent le spectateur dans un univers parallèle, presque irréel et totalement charmant. Damien Chazelle ne fait donc pas que s’inspirer de grands classiques du cinéma mais s’approprie ses références.

Réelle pépite, La La Land est un film à voir et à revoir -ne soyez pas surpris d’être hanté par la bande originale- un feelgood movie qui vous fait aimer la vie. Audacieux et frais, Damien Chazelle, déjà très remarqué avec Whiplash, assoit un talent certain. J’espère que cet article vous a plu et donné envie de voir le film -si ce n’est pas encore fait- Quel est votre avis sur La La Land ? Dites-moi tout en commentaire !

Rendez-vous sur Hellocoton !

4 Comments

  1. Oh je suis ravie de lire ton article !
    Perso je n’ai pas encore vu le film mais je suis déjà fan !!! La BO tourne en boucle dans mes écouteurs et j’adore <3

    • Léa Dabrowski Léa Dabrowski

      Le film est une bombe, un vrai plaisir à regarder ! En plus tu sera ravie, il y a pleins de références aux films des années 1950 donc les costumes qui vont avec 😀

  2. Jo' Jo'

    Bon l’histoire… c’est quand meme bien bien ricain malgré la profondeur pseudo-psychologique vers la fin (…) mais le genre ‘oblige’ cela je pense. Une comedie musicale est toujours conventionnelles si ce n’est celles qui sont… Françaises

    Tres chouette article !!!!!!!!!!!!!!

    • Léa Dabrowski Léa Dabrowski

      L’histoire n’est pas étonnante vu qu’il s’agit d’un hommage au genre aussi ^^
      Merci beaucoup 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *