Skip to content

Niels Schneider en trois films

 

Bonjour à tous ! On se retrouve aujourd’hui pour un nouvel article, et cette semaine on va parler acteur. Jusqu’ici je vous avais surtout parlé d’acteurs américains avec les articles sur Johnny Depp ou sur Jared Leto -que vous pouvez retrouver ici et Mais pour cette reprise, on va parler d’un acteur français qui a fait parler de lui dernièrement : Niels Schneider.

Issu d’une famille de comédiens expatriée au Québec, Schneider se lance dans un premier temps dans le doublage. C’est la mort subite de son frère Vadim, acteur sur la série 15/A, qui le précipite sur le devant de la scène. Niels Schneider débute sa carrière au théâtre avec le rôle de Harold dans la pièce Harold et Maude et enchaîne des rôles dans Le Procès de Kafka ou Mais n’te promène pas toute nue! de Feydeau entre autre avant de se tourner vers le cinéma en 2007. Il obtient son premier rôle dans le court métrage de Pascal Robitaille Le Goût du néant et enchaîne des rôles mineurs jusqu’à une rencontre décisive. En effet, c’est suite à son travail avec Xavier Dolan que la carrière de Niels Schneider est propulsée avec les films J’ai tué ma mère et Les amours imaginaires -dont on reparlera juste après- Avec ce film il obtient le trophée Chopard en tant que révélation de l’année au festival de Cannes. L’acteur poursuit sa carrière cinématographique à son retour en France, alternant films d’auteur comme Opium réalisé par Arielle Dombasle et films plus commerciaux tel que Une Rencontre de Lisa Azuelos. On le retrouve de nouveau au théâtre dans le rôle de Roméo dans l’adaptation de Nicolas Briançon de Roméo et Juliette. Niels Schneider est un acteur polyvalent étonnement discret dans le paysage cinématographique

Niels Schneider dans Les amours imaginaires réalisé par Xavier Dolan. Source : www.allocine.fr
Niels Schneider dans Les amours imaginaires réalisé par Xavier Dolan. Source : www.allocine.fr

Les amours imaginaires, le film de la révélation réalisé par Xavier Dolan en 2010

Il s’agit de l’un des premiers films de Niels Schneider que j’ai connus -vous connaissez ma passion pour Xavier Dolan- mais outre mon attachement au réalisateur j’ai choisi de vous parler de ce film pour la prestation de Schneider -et d’évincer autant que possible mon avis personnel sur la filmographie de Dolan- Dans Les amours imaginaires, Schneider incarne le personnage de Nicolas, un jeune homme au centre d’un triangle amoureux. Avec ce film, l’acteur exploite les caractéristiques récurrentes de son jeu renforcées par la mise en scène du réalisateur. Un réel travail est fait par le comédien quant au rôle de l’amant -qu’il interprète dans plusieurs autres films comme Gemma Bovery Objet du désir, incarnation de l’homme idéal, il vulgarise dans le film les sentiments amoureux via des gestes tendancieux qui trompent les autres personnages. Schneider joue énormément de cette situation et est plus que convainquant. Via la mise en scène, des éléments clefs du jeu de Schneider sont mis en avant, en particulier ses cheveux. En effet, Dolan multiplie les gros plans sur sa chevelure et l’acteur lui-même en joue, passant entre autres de nombreuses fois sa main dans ses cheveux. Les amours imaginaires pose les bases du jeu d’acteur de Niels Schneider dont on retrouve de façon constante des éléments de jeu tel que le travail autour de la cigarette ou de la voix et du sourire.

Niels Schneider dans le film Les rencontres d'après minuit réalisé par Yann Gonzales. Source : www.allocine.fr
Niels Schneider dans le film Les rencontres d’après minuit réalisé par Yann Gonzales. Source : www.allocine.fr

Les rencontres d’après minuit, un attachement avec le cinéma d’auteur réalisé par Yann Gonzales en 2013

Bien que discret, Les rencontres d’après minuit est une petite pépite du cinéma français, une sorte d’ovni dans lequel Niels Schneider brille -tout comme les autres membres du casting d’ailleurs- Avec ce film, l’acteur travaille un élément majeur dans son travail d’acteur : la voix. Cela passe par la prononciation dans un premier temps. De par sa double nationalité, Niels Schneider peut varier entre accent québécois et français, ce qui donne à sa voix une texture et une profondeur. Mais dans Les rencontres d’après minuit, ce travail de la voix passe par les silences. Pour rendre ces mots plus marquants, le comédien travaille cette absence de parole. Ainsi son personnage, Mathias, s’efface énormément, laissant Ali parler en son nom. On retrouve ce procédé entre autres lorsque le passé des deux personnages est raconté. Schneider y travaille à la fois le silence en parlant peu ainsi que sa prononciation en travaillant sa voix et murmurant son monologue. Dans cette séquence, il ne prend la parole que lorsqu’on l’invite à le faire. Cette parcimonie des mots que l’on retrouve globalement dans le film donne à sa voix une intensité, un poids mais aussi un aspect mystérieux au personnage. Il ne s’agit que de silence -d’état d’observation si l’on peut dire- et pourtant ce n’est pas de toute simplicité pour un comédien. Avec cette prestation, Niels Schneider montre l’importance des silences et leur influence sur le jeu d’acteur.

Niels Schneider dans le film Diamant noir réalisé par Arthur Harari. Source : www.telerama.fr
Niels Schneider dans le film Diamant noir réalisé par Arthur Harari. Source : www.telerama.fr

Diamant noir, le film de la consécration réalisé par Arthur Harari en 2016

Diamant noir est le film de la reconnaissance pour Schneider, qui obtint le César du meilleur espoir masculin. Incarnant le rôle de Pier, fils d’un diamantaire déchu, l’acteur prend un tournant dans son jeu. Il brise son image d’amant, de personnage romantique pour apparaître comme un protagoniste tiraillé, plus violent. Néanmoins, Schneider entretient certains aspects déjà mis en avant dans ses rôles précédents, notamment ses cheveux. L’acteur qui apparaissait auparavant avec une chevelure blonde et abondante brise son image en fonçant sa couleur et lissant ses cheveux. Il change aussi le rapport de ses personnages avec le désir et l’attirance. Alors qu’il incarnait jusqu’à présent des protagonistes source de cet attrait, Pier, lui, subit une attraction. Jusqu’alors, l’acteur proposait dans son jeu un rapport à l’amour sensuel, passionnel. Dans Diamant noir, la sexualité est brutale, forcée. Il y a donc une évolution dans le jeu de Schneider qui cherche à explorer de nouveaux aspects de ses thèmes de prédilection. Ce film annonce un tournant dans la carrière de l’acteur qui -peut-être malgré lui- brise une image jusque-là entretenue par Schneider. Mais cette œuvre est notable dans la filmographie de l’acteur pour ce qu’elle représente : premier rôle principal pour Schneider, il est aussi au premier plan sans avoir à partager l’affiche, affirmant la légitimité du comédien.

Niels Schneider est donc un acteur constant dans ses choix avec une sorte de fil rouge dans la sélection de ses rôles mais aussi dans son jeu puisqu’il apparaît clairement un travail de points précis au fur et à mesure des personnages qu’il incarne. J’espère que cet article vous a plu et vous a permis d’en apprendre un peu plus sur Niels Schneider -si vous ne le connaissiez pas Quel est votre film favori de l’acteur ? Dites-moi tout en commentaire ! En attendant, on se retrouve la semaine prochaine pour un nouvel article.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *