La beauté du plan séquence

Bonjour à tous ! Je vous retrouve  pour un nouvel article avec un peu de retard -non ne me blâmez pas, j’ai eu une semaine chargée-  et aujourd’hui je vais vous parler de quelque chose de très présent à l’écran, quelque chose qui semble en soi anodin mais dont je tenais à vous parler : le plan séquence.

Qu’est-ce qu’un plan séquence ? Il s’agit d’une scène tournée d’une traite, sans arrêt de caméra ni effet de montage, les vues des frères Lumière par exemple sont tournées en plan séquence. Mais son origine n’est pas liée à la naissance du cinéma, il faut attendre l’arriver du montage pour que le plan séquence prenne tout son sens. En effet la particularité de ce dernier c’est de faire prendre conscience au spectateur de la durée -un plan séquence peut paraître long, très long- Le montage permet de se rendre compte des coupes effectuées sur l’image, il morcelle la continuité temporelle tandis que le plan séquence lui rend toute son entièreté. Avec la forte utilisation du découpage des scènes effectué aujourd’hui, un plan séquence dans un film ressort d’autant plus.

Dans  la séquence d’ouverture de Spectre (réalisé par Sam Mendes) tournée en plan séquence on retrouve le travail technique qu’implique ce parti pris. En effet puisque la scène est réalisée sans coupure de caméra, cela demande une technique irréprochable, tout est organisé au millimètre près.  Cet extrait nous montre aussi que plan séquence ne veut pas dire caméra immobile -contrairement à ce que l’on pourrait penser- puisque l’un des avantage de ce dernier c’est de rendre compte du mouvement. Ce qui rend le plan séquence intemporel c’est son effet documentaire, il permet de suivre un point de vue tout en étirant la longueur et plonge le spectateur en immersion dans l’univers fictionnel. Il a d’ailleurs été très utilisé dans les années 40/50 avec des films tels que Citizen Kane de Orson Welles ou La Corde de Hitchcock, tourné en 8 plans séquences d’environ 10 minutes -on applaudit la performance- mais l’on retrouve aussi son utilisation dans les film du néo-réalisme, un mouvement italien dont je vous parlerez dans un prochain article. L’utilisation de ce plan montre une grande maîtrise technique de la part du réalisateur comme l’a prouvé Alexandre Sokourov dans L’arche Russe, un film de 96 minutes tourné dans son intégralité en plan séquence.

Bien qu’il semble plus facile à mettre en place qu’une séquence montée de part son impression de fluidité, le plan séquence est une prouesse encore aujourd’hui applaudit. Même si la tendance du découpage est toujours privilégiée, l’utilisation du plan séquence reste remarquée, appréciée et peut même faire abstraction du reste du film -pour ma part, je n’ai retenu de Spectre que son plan séquence- Lorsque vous regardez un film il faut ouvrir l’oeil, l’utilisation de ce plan n’est pas anodine, que ce soit pour évoquer des événements qui vont trop vite pour le personnage ou simplement mettre en avant la performance de l’acteur. J’espère que cet article vous aura plu et on se retrouve la semaine prochaine pour un nouveau sujet !

4 Comments

  1. Mayelle

    Tu vas me dire que tu me répètes, mais je reste sur ma faiiiiim ! Je sais pas, j’aurais aimé que tu me dises plus sur ce que peut signifier un plan séquence, qu’est-ce qu’il peut illustrer en prenant divers exemple genre celui de Les Fils de l’homme de Cuaron. Tant pis si ton article est long, je pense que ça serait intéressant d’aller plus en profondeur dans tes articles. Parce que là, c’est génial , tu nous parles de comment ça rend le mouvement, mais tu ne le dis qu’en une phrase alors que je voudrais que tu m’expliques avec un exemple : genre dans l’exemple de Spectre, comment le plan séquence permet d’unifier le tout comme un seul mouvement avec un fin et un début nets, ou ce genre de chose !

    1. Léa Dabrowski

      C’est un très beau plan séquence que je ne connaissais pas (je ne regarde pas cette série) et je m’excuse pour le manque d’informations sur cet article alors qu’il y a beaucoup à dire, je crois que je l’avais rédigé un peu en speed 🙂

Laisser un commentaire