Deadpool, le Marvel qui m’a réconcilié avec les films de super-héros

Bonjour à tous ! Après l’article de la semaine dernière qui a un peu chamboulé les habitudes du blog je vous retrouve aujourd’hui avec un sujet qui nous est à tous un peu plus familier -eh faut pas trop changer les bonnes habitudes non plus !- Je n’avais pas prévu de vous parler d’un film aujourd’hui pourtant, après avoir vu Deadpool il m’a semblé évident d’écrire un article à son sujet.

Si ce film a tant suscité mon enthousiasme -et trois plombs après tout le monde comme toujours- c’est tout simplement parce que comme le titre vous l’indique, il m’a réconcilié avec les films de super-héros. Réalisé par Tom Miller et sorti en février, Deadpool c’est l’histoire de Wade Wilson, un homme pas vraiment fréquentable qui un jour rencontre la femme de sa vie : Vanessa, une ancienne prostitué. Tout ça est bien beau mais alors que le couple décide de se marier, Wade découvre qu’il est atteint d’un cancer en phase terminal. Suite à une proposition des plus alléchante, le jeune homme se retrouve dans le laboratoire de Ajax, un homme mutant qui à force de tortures fera de Wade un super-héros : Deadpool. Ce dernier cherche alors à se venger du scientifique qui a ruiné sa vie et qui par la même occasion a fait de la belle Vanessa son otage -voilà pour le synopsis du film qui mine de rien n’est pas simple à résumer- En apparence il s’agit d’un film de super-héros plus ou moins classique avec de l’action, du combat ainsi qu’une belle esthétique tant vis-à-vis de l’image que des acteurs. Car il faut bien se l’avouer, c’est ce mélange qui fait que ce genre de film est réussi, un super-héros c’est un modèle, il est donc logique que de manière physique il réponde à certaines ‘‘normes’’. Mais ce n’est pas ce qui a retenu mon attention, je ne me suis d’ailleurs pas attardée sur le jeu des acteurs. Non en fait ce qui m’a séduite dans ce film c’est sa construction de manière globale et l’originalité avec laquelle ce film de super-héros est traité.

Photo extraite du film DEADPOOL. Source : www.npr.org
Photo extraite du film Deadpool 

Jusqu’alors, film de super-héros a toujours rimé pour moi avec un personnage principal fort, tant physiquement que psychologiquement et dont les failles sont trop peu développées pour qu’il semble humain -ce n’est que mon avis, d’ailleurs je ne suis pas une grande spécialiste de ce genre de film- Mais pour ces raisons j’ai toujours eu du mal à apprécier  ces personnages qui incarnent l’idée de surhomme. De plus à part quelques exceptions la majeur partie de ces super-héros étaient avant leur transformation des hommes tout ce qu’il y a de plus banal. Il y a donc un paradoxe fort entre ce que sont réellement ces personnages et l’image que le cinéma nous renvoie. Le terme de super-héros et propre au monde des comics mais il est clairement l’amplification du héros qui est une personne effectuant des actes de grande bravoure -oui je sais, je vous bassine encore et toujours avec mes définitions- mais c’est ce qui me pose problème dans ces films. On nous montre principalement l’aspect d’homme au dessus des autres au détriment de l’histoire personnelle du personnage. Et c’est là que Deadpool m’a charmé ! En effet, tout le film durant, c’est le côté humain qui est mis en avant. Même si c’est un super-héros que nous voyons à l’écran, ses actions sont motivées par un besoin personnel. Il ne s’agit plus ici de défendre la citoyenneté comme on peut le voir généralement. Wade agit pour lui-même, selon ses propres intérêts et c’est sans aucun doute ce qui rapproche le spectateur du personnage. L’identification est plus simple et aussi bête que cela puisse paraître, Deadpool peut plus facilement servir de modèle du fait qu’il agit selon des motivations personnelles -là ce n’est que mon propre avis-

Photo du tournage de DEADPOOL. Source : www.zickma.fr
Photo du tournage de Deadpool

Autre point fort du film selon moi c’est le fait que les faiblesses de Wade soient mises en avant. On ne se retrouve pas avec un super-héros insensible, au contraire toute l’intrigue est basée sur les failles du personnages. C’est ce détails qui le rend plus humain -on en revient toujours à la même chose- Miller a fait le choix de développer le passé de Deadpool, de l’expliquer clairement au spectateur et c’est un parti pris judicieux selon moi. Tout d’abord cela donne une vraie contenance au personnage, ses actes ainsi que ses réactions prennent plus de sens et on se sent plus proche de ce dernier. Le fait de développer le passé d’un super-héros montre aussi qu’en soi ils ne sont pas si différents de nous -comme je l’expliquais tout à l’heure- Deadpool montre donc une image différente de ce que peut être un super-héros en axant ce premier film sur le passé du personnage. Car oui il y aura bien une suite prévue par la 20th Century Fox bien avant la sortie du film. En plus de développer ce passée du protagoniste, ceci est fait de manière original avec des nombreux flash-back au cours de l’action. Accompagné d’un humour détonnant, autant dire que la magie opère et que cette nouvelle manière de traiter le film de super-héros séduit immédiatement. Rien de pompeux, tout est traité avec dérision et cela commence dès le générique. Autant dire que Miller a complètement détourné les codes de ce genre cinématographique et pour le coup ça marche !

Peut-on donc réellement parler dans le cas de Deadpool de super-héros ? Eh bien oui puisqu’il est doté de pouvoirs qu’aucun homme ne pourrait avoir, c’est un surhomme. Il s’agit bel et bien d’un film de super-héros qui brise le côté très sérieux de ce que l’on peut voir habituellement. J’espère que cet article vous a plu ; avez-vous vu Deadpool ? Si c’est le cas, qu’en avez-vous pensé ? J’attends votre réponse en commentaire !

6 Comments

  1. Léa

    Je ne suis pas tout à fait d’accord avec toi ma biche 🙂 j’explique :
    J’ai jamais été fan de films de super héros ( les seuls que j’ai du voir d’ailleurs c’est Spiderman et les X-Men) .
    Mais ce qui m’a attirée vers Deadpool , en voyant la b-a , c’est le côté humour et nature du personnage . Et j’ai bien fait d’aller au cinéma le voir , car on a vraiment un personnage , comme tu dis, qui n’est pas comme les autres super héros . Et de ce fait je ne classe pas Deadpool comme un super-héros , pour moi justement il est un anti-heros . Mais un antihéros que je choisirais volontier comme modèle ! 🙂
    Je suis d’accord sur l’aspect humain et tout ça , c’est vraiment ce que j’ai aimé ; mais il ne se comporte pas comme un héros puisqu’il ne s’occupe que de ce qui le concerne . Donc un surhomme , oui, mais un super-héros , non (pour moi 🙂 )

    1. Léa Dabrowski

      C’est vrai qu’il y a une différence entre le terme de super-héros et de surhomme. Dans le cadre de Deadpool je le qualifie ainsi puisque dans le comics c’est un super-héros qui essaye de sauver la veuve et l’orphelin comme on dit. Le fait que le film le traite comme un surhomme c’est un choix du réalisateur et c’est vrai qu’avec un peu de recul la nuance est plus flagrante. Mais je te rejoins sur le fait que ce n’est pas vraiment un film de super héros du coup 🙂

  2. Les Déboires de Carlita

    Coucou ma bichette !
    Je n’ai pas vu ce film et c’est dommage parce qu’il a l’air super sympa finalement ! N’étant pas fan de super héros, MARVEL etc je n’ai pas voulu aller le voir … J’aurai du ! Plus qu’à attendre sa sortie en DVD ^^
    Bisous <3

    1. Léa Dabrowski

      Hey ma belle ! Je ne suis moi non plus pas du tout fan des super héros et des Marvel, je n’aime pas du tout cette image trop lisse qu’ils renvoient mais Deadpool est différent. Le personnage montre vraiment ses faiblesses et il y a une adresse au spectateur vraiment géniale ! 🙂
      Gros bisous <3

    1. Léa Dabrowski

      Je ne pense pas (du moins je n’ai pas vu le film dans ce sens) surtout quand tu vois comment la 20TH Century Fox donne de l’importance à la franchise Marvel. Mais en même temps c’est possible. Je pense que ce sont les producteurs et toute l’équipe du film qui pourraient nous donner la réponse 🙂

Laisser un commentaire