Ces films qui ont marqué mes vingt ans…

Bonjour à tous ! Aujourd’hui je vous retrouve pour un article assez particulier -alors oui c’est la phrase d’accroche la plus utilisée mais pour le coup c’est vrai- Si cet article est si spécial, c’est tout simplement parce que aujourd’hui j’ai vingt ans et pour l’occasion, j’ai eu envie de vous parler des films qui ont marqué ces deux décennies de vie. Ce post est l’occasion d’inaugurer une nouvelle catégorie et d’aborder quelques nouveaux projets pour le blog -dont je vous parlerais à la fin de l’article- Mais revenons à nos moutons ! En fouillant dans mes souvenirs je vous ai concocté une petite sélection des films qui ont fait de moi la cinéphile que je suis aujourd’hui. Pas de résumé ou d’analyse pour cet article, je me contenterai de vous expliquer pourquoi ces films font partie de moi, car clairement, ils ont aidés à construire la personne que je suis aujourd’hui.

Photo extraite du film REQUIEM FOR A DREAM réalisé par Darren Aronofsky
Photo extraite du film REQUIEM FOR A DREAM réalisé par Darren Aronofsky

Le premier film auquel j’ai pensé en faisant cette petite liste est assez surprenant -en fait c’est surtout le contexte dans lequel je l’ai vu qui est étrange- Il s’agit de Requiem for a dream réalisé par Darren Aronofsky. Il m’a semblé évident de vous en parler car dans mes plus lointains souvenirs, il s’agit du premier film qui je me rappelle m’a captivé. Malgré la dureté du propos et des images de l’œuvre, je l’ai vu très jeune. Je devais avoir huit ans environ, nous étions en vacances -ma mère travaillait donc je passais la journée avec mes frères- et l’un d’eux l’a ramené à la maison. J’ai trouvé dans ce film l’occasion de passer un peu de temps avec mon frangin étant donné qu’on ne partageais pas grand choses -la différence d’âge ça n’aide absolument pas- Ce film nous l’avons regardé ensemble puis moi seule et je crois l’avoir tout bonnement vu quatre ou cinq fois en deux jours. J’étais tellement hypnotisée par les images ainsi que la musique -j’ai carrément acheté le cd de la bande originale- Alors vous me direz que pour une enfant de cet âge, voir un tel film ce n’est pas sain et c’est vrai mais il m’a littéralement captivée, étrangement j’avais l’impression de ressentir les émotions véhiculées, d’être avec les personnages. Ce qui est étonnant c’est que bien que ce film m’ait profondément marqué, je ne l’ai pas revu durant de nombreuses années -je crois l’avoir revu environ une dizaine d’années plus tard- autant vous dire que j’ai un rapport aux films assez étrange. Mais si il m’a tant touché, c’est sans aucun doute parce qu’il m’a permis de partager quelque chose avec mon frère, nous avions quelque chose en commun et pour la gamine que j’étais c’était inestimable.

Photo extraite du film TOMBOY de Céline Sciamma. Source : www.ungrandmoment.be
Photo extraite du film TOMBOY de Céline Sciamma. Source : www.ungrandmoment.be

Tomboy, film réalisé par Céline Sciamma est le second de cette liste. Je l’ai vu un peu par hasard en accompagnant mon père au cinéma -c’était une sorte de petit rituel pour nous- mais si je me souviens si bien de ce film c’est sans doute dû au fait que nous n’étions pas allés dans le cinéma où nous avions nos habitudes. J’avais une quinzaine d’années lorsque le film est sorti en salle et autant dire qu’il m’a carrément scotché. Tout comme le personnage principal du film j’avais moi aussi un fort côté garçon manqué -à la différence que j’avais cinq ans de plus qu’elle- J’ai donc ressenti une forte empathie envers le personnage de Laure et alors que je traversais une période très difficile de ma vie j’ai eu l’impression d’être comprise même si il s’agissait d’un personnage fictif -ok c’est complètement barré mais j’y peux rien c’est l’adolescence- Contrairement à Requiem for a dream, je me suis pour le coup complètement identifiée au personnage de Laure. Je n’ai vu ce film qu’une fois, depuis cette séance au cinéma je n’ai jamais eu l’occasion de le revoir -pourtant j’ai le film dans ma filmographie- et bien que je n’ai qu’un souvenir assez vague de l’intrigue je me rappelle très précisément la palette d’émotions qui m’a traversée pendant l’heure et demi que dure le film. Il m’était donc impossible de vous faire une liste de ces films qui ont marqué ma vie sans évoquer celui-ci -je vous conseil d’ailleurs de le voir car il vaut sérieusement le détour !-

Photo extraite du film J'AI TUE MA MERE réalisé par Xavier Dolan. Source : Pinterest
Photo extraite du film J’AI TUE MA MERE réalisé par Xavier Dolan. Source : Pinterest

Enfin, je voulais finir cette petite liste par un -ou plutôt deux- films qui m’ont réellement mis le pied à l’étrier comme on dit dans la passion du cinéma. Jusque là je ne portais pas grand intérêt au septième art, je regardais quelques films de temps à autre sans jamais me renseigner que ce soit sur les acteurs ou le réalisateur -j’étais plutôt orientée littérature voyez-vous- et c’est toujours par hasard que je suis tombée sur le premier de ces deux films -il fait bien les choses celui-là-  Je l’ai regardé par curiosité, le court synopsis que j’avais lu me plaisait alors j’ai sauté dans le bain. Et là ce fut une vraie claque que je me pris en plein visage ! J’ai tué ma mère, premier film de Xavier Dolan retranscrivait exactement la relation difficile, conflictuelle que j’ai eu durant de nombreuses années avec ma mère. Je l’ai aussi vu à un moment plutôt décisif de ma vie puisque c’est aussi à cette période que nos rapports ont commencé à s’améliorés -maman si tu passes par là, je te fais de gros bisous- Comme pour les autres films donc je me suis sentie moins seule, j’ai retrouvé dans ce film comme pour Tomboy un personnage avec lequel je me sentais en phase. Je voue depuis son visionnage  une réelle passion envers Xavier Dolan qui est mon coup de cœur cinématographique -je suis faible, oui je sais- Je ne vais pas me répéter et vous dire une énième fois que ce film m’a énormément touché d’un point de vue émotionnel mais pour le coup, le choc a été plus puissant que pour les autres œuvres dont je vous ai parlé précédemment. La particularité de Dolan, c’est qu’il a réussi à m’émouvoir de cette manière si profonde à deux reprises. Je me suis retrouvée dans un même état après avoir vu Mommy -mettez moi un de ces films et je pleure à coup sûr- Bien que les histoires se recoupent et ont des similitudes, j’ai été autant bouleversée par le dernier film du cinéastes. Cette fois non pas parce que je m’identifiais au personnages mais tout simplement pour la beauté de la réalisation que ce soit au niveau de l’image et plus particulièrement par rapport à l’écriture. Comme beaucoup de spectateurs j’ai eu envie d’y croire, le combat des personnages est tellement intense qu’il en est saisissant et nous plonge à leurs côtés. Pour faire simple, Dolan c’est le cinéaste qui me transporte.

Vous connaissez maintenant ces films qui ont été décisifs mais aussi les plus importants dans ma vie de cinéphiles. Evidemment, il y en a une multitude d’autres que j’ai adorés et je ne prétend pas que ceux dont je viens de vous parler sont les meilleurs. Je voulais simplement avec cet article vous permettre de me connaître un peu mieux et bouleverser les petites habitudes de publications que j’ai prises -d’ailleurs, cela vous plait-il ?- En ce qui concerne les nouveau projets dont je vous parlais en début d’article, je compte dès que possible faire des sujets où je vous fais découvrir des projets cinématographiques. J’y travaille encore mais cela prendra la forme d’interviews par exemple. J’espère que cet article vous a plus et vous, quels sont les films qui vous ont marqué ? Je veux tout savoir en commentaire !

5 Comments

  1. Romy21

    Je ne connais aucun de ces films mais c’est sympa de voir en quoi ils t’ont marqués!
    Le film qui m’a le plus marqué de toute ma vie c’est « L’incompris » qui est un film italien vraiment très poignant, je l’ai vu qu’une seule fois quand j’étais petite mais je m’en souviens comme si c’était hier!

    1. Léa Dabrowski

      Il faut croire que les films qui nous ont marqué on ne les a vu qu’une seule fois ! Je ne connais pas celui dont tu parles mais je le regarderais à l’occasion.

  2. boutchoko

    J’ai vu Requiem for a Dream, je devais avoir 16 ans et j’ai été choqué, mais dans le mauvais sens du terme. La fin m’a donné envie de vomir. Après, je pense que c’est un peu le but recherché par le réalisateur.

    1. Léa Dabrowski

      Complètement, clairement ce film ne fait pas du tout l’apologie des drogues. A l’époque où je l’ai vu je n’avais pas assez de recule mais quand je le revois aujourd’hui je suis saisie par la violence de la fin.

    2. Léa Dabrowski

      Le film ne fait clairement pas l’apologie des drogues ça c’est sûr et avec du recule j’ai pris conscience de la profondeur du propos.

Laisser un commentaire