Jared Leto en trois films

Bonjour à tous ! On se retrouve aujourd’hui pour un nouvel article et cette semaine nous allons parler d’un acteur que j’affectionne tout particulièrement mais qui reste assez méconnu du grand public -tout du moins c’est l’impression que j’en ai- Nous allons donc pour cet article parler de Jared Leto -qui n’est pas seulement chanteur qu’on se le dise- Comme pour l’article sur Johnny Depp, nous allons aborder sa carrière à travers trois de ses films.

Jared Leto, la majeure partie du public le connaît pour sa carrière de musicien au sein du groupe Thirty Secondes To Mars mais avant de décoller sur le plan musical, c’est dans le domaine cinématographique qu’il s’est fait connaître. Sa carrière d’acteur débute avec la série Angela, 15 ans dans lequel il incarne le personnage de Jordan, un adolescent mystérieux. Le succès de la série le propulse sur le devant de la scène mais très vite l’acteur montre un goût clair pour les personnages déséquilibrés, en souffrance mentale ou physique. Les rôles qu’il incarne restent assez hétéroclites, ne le cantonnant pas à un type particulier de personnage -il passe sans problème d’un toxicomane avec le personnage Harold à l’interprétation de Mark Chapman, l’assassin de John Lennon- ce qui fait sa force. Mais Jared Leto n’est pas seulement acteur ou musicien, il est aussi réalisateur. Son expérience cinématographique lui a permis d’avoir un certain regard sur le cinéma, de développer un certain goût pour l’esthétique. Il a ainsi réalisé plusieurs clips de son groupe sous le pseudonyme de Bartholomew Cubbins ainsi qu’un documentaire sur ce dernier : Artifact. Partagé entre musique et cinéma, depuis le début des années 2000 l’artiste choisit ses rôles avec soin, faisant parfois une sélection étonnante mais loin d’être insignifiant. Pour cet article, j’ai décidé de vous parler de trois films se concentrant sur une même période de la carrière de Jared Leto mais extrêmement intéressants dans l’interprétation du personnage.

Film extrait du film Coeurs perdus. Source : www.telerama.fr
Film extrait du film Coeurs perdus réalisé par Todd Robinson. 

Cœurs perdus, un film qui n’a pas marqué les esprits, réalisé par Todd Robinson en 2006

J‘avais entendu parler de ce film il y a quelques années, alors que je m’intéressais à Jared Leto mais ce n’est qu’il y a un an que j’ai réussi à le voir -pour dire à quel point il n’a pas marqué les esprits- Cœurs perdus est inspiré d’une histoire vraie, celle des tueurs en série Raymond Fernandez et Martha Beck, assassins d’une vingtaine de femmes à la fin des années 1940. Le film construit comme une chasse à l’homme a été unanimement boudé, considéré comme trop lent et ennuyeux -heureusement le couple de Raymond et Martha ramène un peu de vie à tout ça- Vous l’aurez deviné, Jared Leto y interprète le rôle de Raymond. Le couple qu’il forme à l’écran avec Salma Hayek est détonnant. Avec ce film on retrouve le goût de l’acteur pour les personnages torturés. En effet, on retrouve un côté très œdipien chez Raymond -tout comme chez Martha d’ailleurs qui éprouve une jalousie extrême vis-à-vis des autres femmes- qui le rend totalement esclave de sa partenaire. Bien que ces liens qui unissent les personnages soient forts, développés au sein du scénario, les acteurs n’en ont pour autant pas mis de côté le jeu. La dépendance se lit sur le visage de Jared Leto qui se tord, s’étire tout comme le doute imprègne ce dernier. Il développe un protagoniste complexe certes mais humain avec des remords, des regrets et une conscience. Malgré la place importante occupée par Salma Hayek, féline et redoutable, Jared Leto développe un jeu tout en contraste et juste, empli d’une aura envoûtante.

Photo extraite du film Mr Nobody réalisé par Jaco Van Dormael. Source : www.mossfilm.worpress.com
Photo extraite du film Mr Nobody réalisé par Jaco Van Dormael. 

Mr Nobody, trois rôles en un personnage, réalisé par Jaco Van Dormael en 2009

Le synopsis du film est assez difficile à expliquer clairement et pour cause, le sujet du film ? Montrer un personnage à travers les différentes vies qu’il aurait pu avoir selon les choix faits. Autant dire que l’intrigue est assez complexe et demande une forte réflexion -je l’ai vu un bon nombre de fois et pourtant certains passages restent un mystère, c’est pour dire…- Jared Leto tient le rôle principal, celui de Nemo. Chacune des versions de ce personnage a des vies, des aspirations et des désirs différents et bien qu’il s’agisse d’un même homme, Jared Leto leur donne à chacun un jeu nuancé, comme s’il s’agissait à la fois d’autant d’hommes différents et à la fois semblables. Cette idée est renforcée par les choix esthétiques ; dans chacune l’acteur est filmé différemment, ainsi avec Anna, on retrouve un côté caméra épaule où l’image est très saccadée. Malgré une variation de l’image et une œuvre très optimiste tant dans sa forme que son contenu, Jared Leto offre une prestation remarquable, saisissante tout au long du film -et le pari n’était pas gagné !- Face à une construction narrative plus que déroutante, cette dernière étant totalement désarticulée -donc ne vous inquiétez pas si vous aussi vous vous y perdez un peu- le réalisateur a fait le choix d’unir les différentes vies de son personnage en un événement auquel il était prédestiné : la mort. Avec ce film, l’acteur se détache des rôles torturés pour tendre vers une interprétation plus philosophique dont le but est de faire réfléchir le spectateur.

Photo extraite du film Dallas Buyers Club réalisé par Jean-Marc Valley. Source : www.nytime.com
Photo extraite du film Dallas Buyers Club réalisé par Jean-Marc Valley. 

Dallas Buyers Club, la consécration mondiale, réalisé par Jean-Marc Valley en 2013

Vous avez sans doute entendu parler de ce film lors de sa sortie, notamment pour les nombreux prix raflés. Dallas Buyers Club est un biopic sur David Woodroof, un texan qui découvre soudainement qu’il est séropositif. Alors que dans les années 1980 les malades du sida étaient tout simplement condamnés à mourir, lui va se battre pour faire entrer sur le marché pharmaceutique un traitement efficace. Leto incarne dans cette œuvre le rôle de Rayon, un transgenre atteint de la maladie. Il ne s’agit certes que d’un rôle secondaire et pourtant il a permis de révéler l’acteur en le récompensant de plusieurs prix : Oscar, Golden Globe, Independent Spirit Award et Screen Actor Guild Award du meilleur second rôle -rien que ça- Pourquoi a-t-il tant plu ? Pour son jeu, l’investissement de l’acteur qui a été jusqu’à perdre vingt kilos pour entrer dans la peau de Rayon -autant dire que ça a inquiété plus d’un fan- et à se travestir. C’est avec sensibilité et une pointe d’humour que l’acteur incarne son personnage, sans jamais tomber dans le pathos, sans jamais pousser le spectateur à s’apitoyer sur le sort scellé de ce dernier. Bien au contraire, Rayon fait rire, amuse par son caractère excentrique. Malgré le physique marquant du protagoniste, ce n’est pas sur cela que le réalisateur s’attarde mais plutôt sur le désir de le voir vivre vite, avec intensité. Avec Dallas Buyers Club, Leto montre sa maîtrise du jeu et confirme une passion pour le cinéma via une implication totale, livrant des émotions justes, jamais dans l’excès.

Jared Leto est finalement un acteur que l’on retrouve dans des rôles parfois inattendus mais avec un fort penchant pour des personnages détraqués -le rôle du Joker en témoigne- Mettant en premier plan sa carrière musicale, l’artiste choisit avec soin ses rôles, donnant ainsi une forme de cohérence dans sa filmographie. J’espère que cet article vous a plu et peut-être permis d’en apprendre un peu plus sur Leto -si il vous était encore inconnu- Et vous, dans quel film l’avez-vous apprécié ou non ? J’attends vos avis en commentaire histoire de patienter jusqu’à la semaine prochaine où on se retrouvera pour un nouvel article !

4 Comments

  1. Pink Pom'Elo

    Je l’ai connu dans Angela 15 ans, j’étais ado. Et pour le suivre depuis des années (plus en tant que chanteur pour ma part), ce mec est un grand malade. Il suffit de voir certains de ses clips pour s’en rendre compte, il a son propre univers. Je l’ai trouvé assez flippant dans Chapter 27 quand même. J’ai l’impression que, comme Johnny Depp, il peut un peu tout jouer

    super article en tout cas 🙂

    1. Léa Dabrowski

      Je n’ai pas encore vu la série mais je t’avoue qu’elle me tente. C’est vrai que c’est un artiste qui se donne énormément, je ne suis pas trop sa carrière musicale mais j’ai vu quelques clips de son groupe qu’il a réalisé et ils sont franchement beaux ! L’avantage de cet acteur c’est qu’il se donne tellement dans son interprétation que quand il joue on ne voit pas  »Jared Leto interprétant un personnage » mais le personnage directement ce qui lui permet effectivement de tout jouer. Je ne dirais pas que c’est forcément le cas pour Depp parce qu’il a une telle aura et depuis quelques années il est cantonné à un type de rôle qui fait qu’on ne va plus voir les films pour leur intrigue mais presque juste pour voir Depp. Enfin, c’est le ressenti que j’en ai.
      Merci d’être passé faire un petit tour et d’avoir laissé un commentaire ma belle 🙂

    1. Léa Dabrowski

      Tu ne vas pas être déçue de Requiem, le film est vraiment bien fait même si la façon dont est traité le sujet de la drogue est assez moralisateur. Mais c’est un très bon film et j’adore l’esthétique que Aronofsky a travaillé, sans compter la performance de Jared ainsi que des autres acteurs 🙂

Laisser un commentaire