Johnny Depp

Johnny Depp en trois films

Bonjour à tous ! On se retrouve cette semaine pour un nouvel article à propos d’une personnalité du monde du cinéma. Et aujourd’hui j’avais envie d’inaugurer une nouvelle sous-catégorie, en parlant non pas de réalisateur ou de producteur mais d’acteur, et plus précisément de Johnny Depp ! J’ai mis du temps pour préparer cet article car je ne savais pas comment parler d’un acteur intelligemment -oui car faire un copier/coller de la biographie Wikipédia, merci mais non merci hein-  Vous l’aurez donc compris, j’ai décidé de choisir trois films -plus ou moins connus- et de parler de la prestation de l’acteur en question. Alors sans plus attendre, commençons !

On connaît tous Johnny Depp. Acteur, réalisateur, scénariste et producteur américain -mais aussi musicien ne l’oublions pas-, il s’est fait connaître avec la série 21 jump street diffusée dans les années 1980. Depp y interprétait le personnage de Tom Hanson, ce qui a fait de lui l’idole de la jeunesse. Ce n’est qu’une dizaine d’années plus tard que l’acteur se lance dans le long-métrage avec Cry Baby, un premier film qui ne fait plus tellement parler de lui aujourd’hui -on en reparlera plus tard- C’est aussi à ce moment que commence sa collaboration avec Tim Burton avec le film Edward aux mains d’argent. Ce film sera une consécration pour Johnny Depp, qui se dégage de son image d’acteur pour les adolescents. Les deux artistes ont actuellement collaboré sur huit films. Depp oscille entre films à succès, comme la saga Pirates des Caraïbes notamment, et films que l’on pourrait qualifier d’œuvres plus personnelles, comme For no good reason par exemple. Pour cet article j’ai sélectionné trois films que vous ne connaissez peut-être pas. Johnny Depp est un acteur populaire alors il a été difficile pour moi de faire un choix mais je crois que j’ai réussi à arriver à quelque chose de pertinent.

Photo extraite du film CRY BABY. Source : www.fanpop.com
Photo extraite du film Cry Baby

Cry Baby, premier long métrage de Johnny Depp, réalisé par John Waters en 1990

Je n’avais jamais entendu parler de ce film jusqu’à ce que je commence mes recherches -en vérité, je ne suis pas une experte en Johnny Depp- L’intrigue est simple : Cry Baby, un jeune gangster, tombe amoureux d’Allison, une ‘‘coincée’’, mais leur amour est impossible puisque l’entourage de la demoiselle s’y oppose. Les deux jeunes gens vont alors tout faire pour pouvoir être ensemble. Un peu à l’image de Grease réalisé une dizaine d’années plus tôt, Cry Baby est une comédie musicale se moquant des teen movies des années 1950. Que ce soit le style vestimentaire ou la manière de parler des acteurs, tout est parodié -et autant dire que si l’on prend le film au premier degré, on en a vite marre- Rien n’est donc très sérieux dans Cry Baby, le jeu d’acteur est surjoué et les situations sont abracadabrantesques -rien que pour écrire ce mot j’ai galéré mais c’est tout cela qui donne un certain charme au film. Autant vous dire tout de suite que vous ne serez pas saisis par la fiction, et que vous ne vous identifierez pas aux personnages. Mais, rien que pour voir Iggy Pop prendre un bain dans une bassine, Cry Baby en vaut le coup ! En ce qui concerne la prestation de Depp -parce qu’on est là pour ça quand même- elle est à l’image du film : dans l’exagération. Mais elle n’en est que plus belle, d’autant plus que l’acteur nous montre à plusieurs reprises ses talents de chanteur -et puis le voir en slip dans les égouts, ça n’a pas de prix !-

Photo extraite du film ED WOOD. Source : www.hotflick.net
Photo extraite du film Ed Wood

Ed Wood, le film qui vaut à Depp son premier prix, réalisé par Tim Burton en 1994

J’avais entendu parler de ce film sur plusieurs blogs sans même l’avoir vu alors quand j’ai choisi d’écrire un article sur Johnny Depp, il m’a paru évident de le regarder. Mais de quoi parle ce film ? Il s’agit de la biographie de Ed Wood, connu comme étant le plus mauvais réalisateur hollywoodien, et même si c’est un film de Burton, il est plutôt sobre sur la forme -vous ne retrouverez pas toutes les extravagances auxquelles nous sommes habituées- En fait le film est un hommage à l’expressionisme allemand -c’est quoi ça ?Il s’agit d’un mouvement cinématographique apparu en Allemagne dans les années 1920, qui a la particularité de travailler énormément l’image. On retrouve donc une grande importance des ombres et de la structure du décor, qui ont pour but de dévoiler au spectateur des informations sur les personnages -si cela vous intéresse je pourrais vous faire un article sur le sujet- Cet hommage donc on le retrouve à différents niveaux. Que ce soit d’un point de vue esthétique avec par exemple les transitions entre les plans -notons le balayage vertical dans l’introduction du film- ou avec l’utilisation des ombres, qui pour certaines dévorent les murs. Mais Burton exprime son amour pour le cinéma allemand à travers le fond de son film, ne serait-ce qu’avec le fait qu’il ait réalisé Ed Wood et en choisissant de parler de l’époque où ce dernier était ami avec l’acteur roumain Bela Lugosi -oui car le film commence plus ou moins à ce moment- A travers la fascination de Wood pour cette époque, c’est sa propre fascination que Burton retranscrit. Le jeu de Johnny Depp dans ce film est plus que juste. Il interprète à la perfection ce personnage un peu décalé, sûr de lui et de ses projets ; qui se bat pour mener ces derniers à leur terme.

Photo extraite du film CHARLIE MORTDECAÏ. Source : www.allocine.fr
Photo extraite du film Chalie Mortecaï.

Charlie Mortdecaï, film fantôme dans la carrière de Johnny Depp, réalisé par David Koepp en 2015

Cette comédie policière autour du monde de l’art m’a laissée plutôt perplexe après sa première vision -il y a plus d’un an donc je l’ai revu pour cet article- Sir Mortdecaï, historien de l’art et vendeur de pièces -plutôt arnaqueur en fait- se retrouve mêlé à une enquête du MI5 qui le pousse à partir à la recherche d’un tableau de Goya sur lequel seraient inscrits les codes des comptes en banque du IIIème Reich -rien que ça- Qu’on se le dise de suite, ce n’est pas la meilleure interprétation de Johnny Depp -loin de là- il cherche trop je trouve à retranscrire le même personnage humoristique que le Capitaine Sparrow -mais Mortdecaï et Sparrow sont des personnages bien différents- D’un point de vue global, j’ai trouvé que c’est tout le film qui ne marche pas. Avec un humour anglais potache, poussé à l’extrême et des allusions sexuelles bien trop grosses pour être appréciées à leur juste valeur, le film ne prend clairement pas. Ajoutez à cela des balades en avion autour du globe pour transitions et le film se laisse regarder sans grand intérêt. Pourtant je trouve l’idée plutôt bonne, une intrigue avec un vol de tableau, on n’en voit pas tous les jours ! Mais le manque de sérieux constant tout au long du film décrédibilise totalement ce dernier. Avec Charlie Mortdecaï le talent de Depp n’est donc pas mis en valeur et c’est dommage, comme si on avait demandé à l’acteur de faire seulement ce qu’il sait faire -bah oui, à quoi bon se surpasser ?- Pourtant Johnny Depp a un talent fou qui ne demande qu’à être exploité ; sa prestation dans Strictly Criminal en témoigne.

Pour résumer, Johnny Depp est un acteur polyvalent qui a joué dans des films divers et variés. On ne peut donc pas le cantonner à un genre ou à un réalisateur particulier -même si on a tendance à ne l’associer qu’à Burton- Il a d’ailleurs la capacité d’incarner des personnages aux opposés les uns des autres, passant de quelqu’un d’excentrique tel que Raoul Duke dans Las Vegas parano ou Sam dans Benny et Joon à une personnalité plutôt sombre comme Whitey Bulger dans Strictly Criminal. J’espère que cet article vous a plu et que vous aimez ce format. N’hésitez pas à me dire en commentaire ce que vous en pensez, si vous aimez Johnny Depp et si vous avez vu ou non les films cités -votre avis est le bienvenu !- Comme toujours, on se retrouve la semaine prochaine pour un nouvel article !

15 Comments

  1. Sweet Judas

    J’ai eu une période un peu obsessionnelle avec Depp mais ça m’est passé avec l’âge… Peut-être parce que ces dernières années, j’ai l’impression de le voir faire toujours la même chose ou parce que la nullité abyssale de Pirates des Caraïbes 4 m’a brisé le coeur, je sais pas trop.
    Je me rappelle avoir beaucoup aimé Gilbert Grape (et en plus, y’a Leo dedans) ainsi que La Neuvième Porte (bon, chuis pas sûre d’avoir tout compris à ce film, mais il était cool) et j’ai un souvenir marquant de mon visionnage d’Arizona Dream (même si je pourrais pas vraiment dire que je l’ai adoré)(globalement, il donne quand même un peu envie de mourir hein).

    Cela dit, je suis d’accord sur une chose : la dernière fois qu’il m’a émue aux larmes, c’est quand il a incarné Edward et qu’il était quasi-muet. Comme quoi hein, y’a pas besoin d’en faire des caisses (oui, c’est de toi que je parle, Chapelier Fou).

    1. Léa Dabrowski

      Je n’ai pas vu les films que tu cites (honte à moi) mais c’est vrai que dans son personnage du Chapelier (comme pour Mortdecaî) on retrouve trop ce côté « je fais ce que je sais faire et qui est commerciale », ce jeu qui a explosé avec Pirate de Caraïbes. J’espère donc que dans ses prochains projets il aura un jeu moins « forcé ».

    1. Léa Dabrowski

      Si tu as l’occasion, regarde les et dis moi ce que tu en penses 🙂 Et oui Edward aux mains d’argent et un film génial, j’aurais très bien pu le sélectionner pour l’article 🙂

  2. Vampaiaa

    Hello 🙂

    Alors Cry baby a été une révélation pour moi ! les gens a qui j’ai montré le film m’ont tous dis que c’était un navet, en effet c’en est un, mais un navet que j’adooooore! La meilleure parodie de Grease qu’il soit je crois, et Johnny est tellement sexy dans ce film ! J’adore particulièrement l’avant-dernière scène musicale, quand Allisson chante « Please Mr Jailer » oulalalala

    Sinon Ed Wood est pour moi un classique de la filmographie de Johnny, à voir et à revoir !

    Par contre … quelle surprise de voir Mortdecai dans cet article! Johnny a plus d’un film fantôme et qui mérite plus d’être connu! J’ai regardé le film l’an dernier dans l’avion, j’étais blasée, le temps ne passait pas et déçue 🙁

    1. Léa Dabrowski

      Je dois t’avouer qu’au premier abord je n’ai pas du tout aimé Cry baby. Je ne sais pas pourquoi, ça n’a pas du tout pris pendant le visionnage. Et puis après, ça a décanté un peu et c’est là que j’ai compris tout l’intérêt du film.
      En ce qui concerne Ed Wood je suis tout à fait d’accord avec toi, c’est un vrai plaisir visuel !
      Enfin, pour Mortdecaï je l’ai choisi car je ne suis pas une grande connaisseuse de Depp. C’est loin d’être mon acteur favoris (donc je n’ai pas vu tout ses films) et je trouvais que celui-ci était un exemple très récent qui permet de « casser » un peu le mythe. Car on a tendance à l’idolâtrer je trouve mais en ne connaissant qu’une partie de son travail avec Burton ^^

  3. Vampaiaa

    Ahahah pourtant y en a pas mal dans le panel pour casser le mythe ! Mais du coup je comprends un peu ton choix pour Mortdecai 😉

    En film fantôme de Johnny je te conseille Don Juan de marco, La 9e porte ou Rhum Express, les 3 ont un style différent, perso même si c’est un navet, j’adore Don Juan de marco XD

  4. wendy

    Cry Baby… Pour ceux qui aiment les films terre à terre, c’est vrai, vaut mieux passer son chemin. Mais en prenant ça a la légère, c’est du tout bon! j’ai adoré quoiqu’on puisse en penser. Une parodie qui est culte – pour moi en tout cas-

    Ed wood… je ne l’ai pas vu je ne peux donc rien en dire mais je jetterai un oeil à l’occaz

    Et Pour Mortdecaï… j’attendais ce film avec impatience et une fois sorti… grosse déception : ennui total, exagération du personnage… Si j’avais dû connaitre Deep par ce film, je l’aurais vite mis aux oubliettes.

    Tu t’y es très bien prise pour une première fois dans ce domaine, l’article est vraiment captivant! Bravo! 🙂

    1. Léa Dabrowski

      Merci beaucoup, je vois que l’article plait sous cette forme (ce que je referais pour les acteurs du coup)
      C’est clair que Mortdecaï c’est une énorme déception. Ca se laisse regarder mais sans plus quoi. Si quelqu’un devait connaître Depp par ce film il serait extrêmement déçu…

  5. Faellis

    Pas vu Charlie Mortdecai, mais Ed Wood j’adore, il fait partie de mes films préférés ! Toujours chez Burton, je l’aime aussi beaucoup dans Sleppy Hollow et dans Sweeney Todd. Je rajoute à ma liste perso le très beau Arizona Dream. J’aime beaucoup Johhny Depp mais il faut bien avouer qu’il a un peu décliné ces dernières années, je préfère le Depp du 20è siècle 😉

    1. Léa Dabrowski

      C’est vrai qu’il est très bien dans Sleppy Hollow avec un univers bien sombre. Je ne l’ai pas vu dans Sweeney Todd et Arizona Dream, il faut que je mette ces films dans ma liste de films à voir ^^
      C’est clair qu’il a fait certains mauvais choix, après, qui n’en fais pas ? Ce que je trouve dommage c’est que j’ai l’impression que beaucoup le retiennent seulement à travers l’oeuvre de Burton :/

  6. lov'in it blog

    Ah je suis fan de Johnny Depp et tim burton donc il est vrai que souvent je fais l’association. Le talent des deux font vraiment de très bons films. Dans Sweeney Todd il est effectivement très bien , il faut juste aimer le genre comédie musicale. Mortdecai, je ne connais pas mais du coup pas très envie de le voir. TOn article est super sympa, j’aime beaucoup.

    1. Léa Dabrowski

      Ils ont collaborés sur 8 films alors c’est un peu normal qu’on les associe ^^ Je te conseille de quand même voir Mortdecaï, tu vas peut-être apprécié. Certes Depp n’y est pas sous son meilleur profil mais ça se laisse regardé. En tout cas, merci beaucoup d’être passé sur le blog et d’avoir pris le temps de commenter 🙂

  7. Girlie Cinéphilie

    J’ai longtemps adoré Johnny Depp. Et puis il y a eu Pirate des caraïbes et depuis, il ne cesse de me décevoir (si je suis tout à fait franche avec moi-même, je dirais même depuis Sleepy Hollow.
    Si je devais en choisir 3, je dirais:
    1. Deadman, Jim Jarmush parce que ce film est sublime de bout en bout, c’est LE film qui m’a rendu obsessionnelle quand j’avais 15 ans et qui, je crois, a pas mal transformé ma vie.
    2. Arizona Dream, Emir Kusturica, une merveille de folie, de poésie et d’amour. Je crois que je me souviens encore des dialogues par cœur
    3. Edouard aux mains d’argent, Tim Burton, parce que c’est là que je l’ai vraiment découvert et qu’il incarne parfaitement ce mélange de naïveté et d’enfance.

    1. Léa Dabrowski

      Je suis tout à fait d’accord avec toi sur le fait que depuis Pirate bah… Johnny Depp est pas terrible. Il ne me fait pas vraiment rire en fait. Par contre je l’ai adoré dans Strictly Criminal (je ne sais pas si tu l’as vu ?)

Laisser un commentaire