Photographie extraite du film La mécanique des flux

La Mécanique des flux, documentaire sans tabou sur l’immigration européenne

Bonjour à tous ! On se retrouve cette semaine pour une nouvelle critique de film, et pour l’occasion, j’ai été contactée par Eric Jarno. Réalisateur, scénariste mais aussi producteur, il est à l’initiative de Pays des miroirs, une société de production spécialisée dans le film documentaire. Et c’est donc de cela dont nous allons parler aujourd’hui ! Suite à sa proposition, j’ai accepté de voir en avant-première La mécanique des flux, un documentaire de Nathalie Loubeyre sur la politique migratoire, très intéressant et enrichissant -ce film m’a plu et je pense qu’il pourra en intéresser plus d’un-

Comme je vous l’avais expliqué dans l’article sur Hot girls wanted, un documentaire n’a pas vraiment de scénario, le réalisateur étant souvent guidé par ce qu’il se passe sur le terrain et le synopsis peut être très vague. Il s’agit d’un projet mené sur le long terme, plusieurs années parfois -et c’est flagrant pour La Mécanique des flux En effet, avant d’aborder le film à proprement parler, il semble plus judicieux de faire un rapide et bref résumé sur la réalisatrice. Après des études de cinéma à la faculté de Vincennes et à la FAMU (l’école de cinéma de Prague), Nathalie Loubeyre travaille dans un premier temps en tant que scripte -notamment aux côtés de Raoul Ruiz- avant de prendre la direction de la réalisation. Après quelques films de fiction -dont La coupure, court-métrage qui lui vaudra le prix Jean Vigo en 2003- Nathalie Loubeyre se tourne vers les films documentaires, abordant des sujets sociaux. Ainsi depuis 2008 elle se concentre sur la question migratoire et a réalisé autour de ce sujet 3 films : No comment (2009) qui montre le quotidien des migrants cherchant à quitter Calais pour le Royaume-Uni, A contre-courant (2014), film sur la mobilisation euro-africaine pour les droits des migrants en mer Méditerranée, et enfin La Mécanique des flux, projet lancé par la réalisatrice en 2013.

Le film montre au grand jour ces personnes qui cherchent coûte que coûte à passer les frontières européennes, motivés par leurs rêves et leur espoir. Les obstacles sont nombreux et souvent difficiles à franchir, mais ces hommes et ces femmes font preuve d’une motivation sans faille. La Mécanique des flux donne la parole à ces personnes qui racontent la misère de leur pays, la guerre qui le ravage et que la politique européenne cherche à tout prix à repousser. Mais plus que leur passé, la réalisatrice se concentre sur leur présent et plus particulièrement leur mode de vie précaire qu’elle filme sans censure, sans jugement -elle porte un simple regard observateur saisissant de puissance- A travers ces brefs témoignages, ces éclats de parole attrapés en vol, on se rend vite compte que la seule chose souhaitée par ces Hommes est de vivre une vie paisible, loin de tout conflit. Mais ce qui est frappant dans ce film, c’est la dure réalité de ces survivants qui ne sont pas même considérés par des êtres humains. Outre le fait qu’ils vivent dans une précarité totale -sans eau courante, sans électricité et parfois même détenus dans des cellules- on leur retire même le droit à une sépulture. 

La mécanique des flux nous pousse à reconsidérer la façon dont nous percevons ces personnes et notre regard sur ces dernières. Sont-elles vraiment une menace pour notre économie ? La façon dont la politique européenne les traite est-elle humaine ? Tout être humain mérite-t-il cela ? Ce documentaire nous montre les répercutions de la politique migratoire aussi bien sur les personnes concernées que sur les populations européennes vivant dans ces zones de flux. Ainsi, l’indifférence de ces ‘‘légaux’’ face à la misère de leurs semblables est frappante de tristesse. L’être humain est donc réduit à cet égoïsme qui le pousse à fermer les yeux sur de tels problèmes de société ? Dans un contexte social et politique où le sujet est plus sensible que jamais, La Mécanique des flux pointe le doigt sur une politique au traitement inhumain, cherchant à noyer le problème plutôt que de l’affronter. Le film montre aussi ces personnes au service de l’Etat, surveillant les frontières par pure obligation. « La plupart de ces gens, ils fuient la guerre. Des Syriens, des Afghans, des Irakiens, des Lybiens. Ils ne font que fuir la guerre. Mais on fait notre boulot. » Cette phrase d’un garde frontière croate reflète bien l’impuissance du peu de personnes s’intéressant au cas de ces migrants, pris dans l’étau de la politique imposée par l’Europe.

Photographie extraite du film La mécanique des flux
Photographie extraite du film La Mécanique des flux

Lauréat de plusieurs prix, notamment celui du Festival International des Droits de l’Homme ou encore sélectionné à Cannes dans le cadre de La Semaine du Cinéma Positif dont le but est de mettre en avant des films ‘‘au service des générations futures’’, La Mécanique des flux est un documentaire qui pousse à la réflexion. Nathalie Loubeyre remet en cause le mépris que le monde politique mais aussi social éprouve auprès de ces hommes et ces femmes à la recherche d’une vie meilleure. Le film sera projeté dans différentes villes à travers la France notamment à Lyon, Paris ou Caen, ainsi que dans différents festivals internationaux. En ce qui concerne Caen, La Mécanique des flux sera projeté à plusieurs reprises au cinéma Lux : le 01/09 à 18h50, le 02/09 à 18h30 en présence de Nathalie Loubeyre, le 05/09 à 17h30 et le 06/09 à 17h. Vous pouvez retrouver sur le site Lamecaniquedesflux.com les lieux et dates de projection -et on n’hésite pas à aller le voir s’il vous plait !-

J’espère que cet article vous a plu mais surtout donné envie d’aller voir La Mécanique des flux. Si le sujet vous intéresse ou que vous avez apprécié ce documentaire, vous pouvez soutenir le projet de Nathalie Loubeyre en vous procurant ses films via le site KissKissBankBank . N’hésitez pas à me donner votre avis sur le sujet en commentaire mais aussi à partager l’article. On se retrouve la semaine prochaine pour un nouveau post !

1 Comment

  1. Frédérique Thieulin

    ton article a le grand mérite de nous rappeler notre responsabilité commune et ne peut que nous pousser à voir La mécanique des flux qui nous empêchera sûrement de nous endormir sur notre quotidien. Bravo pour cette présentation et la promotion que tu as fait de ce sujet et de ce documentaire; Frédérique

Laisser un commentaire