Magie et cinéma : la naissance des effets spéciaux

Bonjour à tous ! Je vous retrouve aujourd’hui pour un nouvel article un peu bref puisque je n’ai pas eu le temps ces derniers jours de m’occuper du blog comme je le voulais -je sais, c’est mal mais la semaine a été chargée- et nous allons parler de magie, plus précisément de la relation entre la magie et les effets spéciaux.

giphy.gif
Scène extraite du film LE VOYAGE SUR LA LUNE de George Méliès. Source : Tumblr

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les effets spéciaux sont aussi vieux que le cinéma et ils ne se réduisent pas à des explosions spectaculaires ou à la création de mondes imaginaires grâce au numérique -bon ok, je généralise beaucoup là- En réalité, les effets spéciaux sont caractérisés par l’ensemble des techniques utilisées au cinéma pour créer l’illusion, cela peut donc être un travaille au niveau du montage par exemple. Mais qui a donc inventé les premiers effets spéciaux ?

Suite à la projection des frères Lumière au Grand Café à Paris, George Méliès (qui était alors magicien) décide de se lancer dans la grande aventure du cinéma et de mettre en pratique devant la caméra ses tours. Il a vu dans cette invention la possibilité de développer une multitude d’artifices d’illusion et à partir de 1897 c’est dans sa propriété de Montreuil qu’il tournera ses films. Cela lui permit de ne pas être dépendant de la météo et des changements de lumière -en plus d’inventer les effet spéciaux il est à l’origine du cinéma de studio- Le cinéma contrairement au spectacle de magie offrait à Méliès une plus grande marge de manœuvre pour l’élaboration de ses tours et ça, il l’a bien compris. Ainsi il développa de nombreuses techniques lui permettant d’époustoufler son public.

tumblr_lshuvgNTWQ1qfg94wo1_500.gif
Extrait de L’HOMME A LA TETE EN CAOUTCHOUC. Source : www.wifflegif.com

Grâce au travail de montage il put isoler (comme sur le gif) des parties du corps d’un homme en effectuant ce que l’on appelle une surimpression sur la pellicule, mais il inventa bon nombre de procédés comme l’arrêt sur image – qui en coupant la prise de vue permet une modification immédiate de l’image. Cette technique est notamment utilisée dans le film de Méliès L’exécution de Marie Stuart mais il créa aussi l’illusion de chauves-souris volantes en utilisant simplement des ficelles. Evidemment, le magicien a crée une multitude de tours, tous plus ingénieux les uns que les autres, et ces effets spéciaux qui peuvent nous paraître vieux sont en fait encore utilisés aujourd’hui mais passent en général inaperçus -eh oui, on est tellement habitués à des trucs énormes qu’on passe à côté de quelques pépites – ouvrez donc l’oeil devant un film, vous pourriez être surpris. Depuis Méliès il y a eu de l’évolution, beaucoup même entre l’animatropique, (une créature robotisée sur laquelle est tendue une peau en latexque l’on retrouve entre autre dans Jurassic Park ou l’animation numérique qui a un bel avenir devant elle.

Les effets spéciaux on les doit donc à la magie, et en y réfléchissant cela semble tout a fait logique puisque leur but est dans un sens de nous faire rêver, de nous montrer des choses apparemment impossibles. J’espère que ce petit article vous aura plu, si c’est le cas -ou non, chacun son avis- je vous invite à laisser un petit commentaire.

2 Comments

    1. Léa Dabrowski

      Eh oui il y a eu énormément de changement et je pense qu’il va y avoir encore énormément d’évolutions dans les prochaines années.

Laisser un commentaire