Scénario de Jane Eyre (2011) écrit par Moira Buffini

Le scénario, ce dossier mystérieux à l’origine du film

Bonjour à tous ! On se retrouve cette semaine pour un nouvel article, et aujourd’hui nous allons parler de scénario. On sait tous que le scénario c’est la base du film. Mais de quoi est-il réellement composé ? Quelle idée se fait-on de ce document papier ? Un petit retour sur ce passage obligé à la création d’un film me semblait intéressant -pour ma part, avant de découvrir en cours de quoi relevait réellement un scénario, je n’avais pas idée de l’ampleur du truc- et il vous permettra de comprendre d’autant plus la structure du film -autant faire d’une pierre deux coups-

Le scénario, c’est l’ossature de l’oeuvre, le document qui permet au réalisateur de construire un projet de film solide mais aussi d’obtenir le soutien de producteurs pour le financer -pour le coup, on va mettre de côté le fait que la notoriété d’un réalisateur joue aussi énormément là-dessus- Mais s’il est si essentiel, c’est aussi parce qu’il sert de fil conducteur tout au long de la réalisation. Que ce soit de l’évolution des personnages aux choix esthétiques à suivre, le scénario est en quelque sorte l’âme du film. On l’associe souvent à la simple intrigue, à l’action et aux dialogues qu’il décrit -grosse erreur mes amis !- En effet, le scénario est en réalité un dossier abordant plusieurs thématiques -si je puis m’exprimer ainsi-

Le synopsis

Contrairement au synopsis que l’on peut lire sur les programmes de cinéma, celui du scénario n’a pas pour but d’attiser la curiosité du spectateur. Adressé au producteur, il décrit brièvement -en une ou deux pagesle film, évoquant les actions qui vont s’y dérouler -il y a donc du spoil à foison !- Ce synopsis ne contient aucun dialogue et s’il détaille si précisément l’intrigue c’est tout simplement pour permettre au film d’obtenir un financement -essentiel à sa réalisation-

La note d’intention

Complémentaire au synopsis, elle permet au réalisateur d’expliquer la finalité de son projet. Il précise dans cette dernière le genre de film qu’il cherche à réaliser -si c’est un thriller, un drame ou encore un film d’horreur- Il y expose ses intentions esthétiques, la manière de filmer qu’il va adopter, les effets qu’il va utiliser ainsi que l’ambiance qu’il va privilégier. Cette note permet d’aborder la question de la mise en scène, des décors utilisés, du cadrage ou de la bande son. Son intérêt est donc de défendre les choix du réalisateur, et permet une meilleure visibilité du résultat final.

Note d'intention de No kid's land (2015) Scénario
Note d’intention de No kid’s land (2015)

La fiche signalétique des personnages

C’est une partie essentielle du scénario puisqu’elle regroupe toutes les informations concernant les personnages. Elle permet leur construction et est d’une aide non négligeable pour les acteurs. Dans cette partie, les aspects physiques, cognitifs, sociaux-culturels et les névroses des personnages sont développés -leur personnalité est décortiquée dans les moindres détails- Cette fiche permet aussi de vérifier la correspondance entre les actes et les réactions des personnages vis-à-vis de leur personnalité. Le but de tout ce travail d’amont et de perfectionner au maximum la cohérence afin que l’intrigue soit la plus solide possible.

Le schéma dramatique détaillé

Un film se compose généralement de trois séquences, des actes comportant chacun une construction précise -un peu comme au théâtre- Le but de ce schéma est de détailler les actions qui vont se dérouler durant le film, acte par acte. Le premier acte, qui dure environ un quart du film, est composé de la situation initiale et de ce qu’on appelle un nœud dramatique. Il s’agit des obstacles qui vont s’imposer aux personnages -cela peut être le décès d’une personne chère au héros par exemple- et qui ont plus ou moins d’importance. Dans cet acte, les premiers nœuds dramatiques majeurs et mineurs vont apparaître. L’acte deux qui débute à ce moment occupe la moitié du film. Il s’agit d’une phase de développement de l’intrigue. Durant cette partie, les premiers nœuds dramatiques majeurs et mineurs sont résolus alors que de seconds apparaissent -il peut y en avoir plus selon les films mais je vous parle du schéma classique- Enfin, le troisième acte est celui de la résolution, tout comme l’exposition, cette partie dure environ un quart du film. Les nœuds dramatiques y sont tous résolus et c’est la partie où le climax est développé. Il s’agit du moment le plus fort du film, celui où la tension est à son comble -ce moment au cinéma où on se crispe en attendant de savoir si le héros va réussir sa mission ou non- L’intérêt de ce schéma est de structurer l’intrigue, elle permet de prendre du recul sur les événements à venir, et surtout d’organiser clairement les actions. Il permet aussi de vérifier la cohérence du propos, de visualiser la façon dont tout s’articule -c’est un peu comme une frise chronologique des événements-

Schéma dramatique détaillé de No kid's land (2015). Scénario
Schéma dramatique détaillé de No kid’s land (2015)

La courbe dramatique des personnages

Cette partie s’adresse particulièrement aux personnages principaux puisque ce sont eux qui sont au centre de l’intrigue. Tout comme pour le schéma dramatique détaillé, elle décrit acte par acte l’évolution des personnages, que ce soit d’un point de vue psychologique ou au niveau de l’action -tout est passé au crible- Elle permet de visualiser l’évolution des protagonistes et des antagonistes, de voir l’impact des nœuds dramatiques sur leur attitude et leur psychologie. Tout comme la fiche signalétique, elle est utile à l’acteur qui élabore son jeu autour de la personnalité de son personnage.

La continuité dialoguée

Il s’agit du cœur même du scénario, la partie la plus émergée de l’iceberg. C’est le côté ‘‘romancé’’ de l’intrigue mais là encore il y a quelques règles d’usage à respecter. Contrairement au roman, un scénario ne fait que décrire d’un point de vue visuel et matériel les choses. Les sentiments des personnages n’y sont pas évoqués -vous ne retrouverez donc pas d’adverbes et les adjectifs sont rares- La continuité dialoguée c’est en fait la transcription de ce qui va apparaître à l’écran, rares sont les indications esthétiques, elles sont signifiées à travers les termes utilisés. Afin de rendre le tout clair, les phrases se doivent d’être brèves, concises et purement descriptives -bref, on ne veut que des faits, des faits et des faits- Un peu comme au théâtre, le texte est découpé en séquences indicatives d’un lieu puis en scènes qui elles reflètent des choix de plans globaux. A chaque nouvelle scène, on indique à quelle séquence cette dernière appartient, si elle se déroule le jour ou la nuit, en intérieure ou en extérieur ainsi que le lieu. Toujours pour une question d’organisation, la première apparition de chaque personnage dans une séquence est notée en majuscule -ce qui permet au scripte de savoir quel acteur réquisitionner pour chaque scène- En ce qui concerne les dialogues, le scénario reprend la même construction qu’un texte de théâtre, donnant parfois quelques précisions sur l’élocution -si le personnage chuchote ou encore si il s’agit d’une voix-off-

Scénario du film GRAVITY réalisé par Alfonso Cuaron (2013)
Scénario du film GRAVITY réalisé par Alfonso Cuaron (2013)

Le scénario c’est donc tout un dossier monté tant bien au service du film en lui-même, pour créer une réelle cohérence entre les actions et les réactions des personnages, que pour convaincre les producteurs et trouver des financements. J’espère que vous avez aimé cet article et qu’il vous a permis d’en apprendre plus sur le sujet. Pensiez-vous qu’un scénario était si complexe ?  Dites-moi en commentaire et n’hésitez pas à partager l’article si ce dernier vous a plu. En ce qui concerne ceraines photos, j’ai tout simplement pris des captures d’écran d’un projet que j’ai eu à faire pour la fac -donc vous excuserez la qualité amateur on va dire-  mais vous pouvez tout à fait trouver sur internet des continuité dialoguées si ça vous intéresse. En attendant, on se retrouve la semaine prochaine pour un nouveau post !  

 

2 Comments

  1. Vampaiaa

    J’adore lire tes articles techniques, j’ai l’impression de revivre mes cours de fac ! Notamment le scénario car tout ce qui tournait autour de la pré-production, c’était pendant nos « cours » pour nos courts-métrages, et on rentrait enfin dans le vif du sujet !

    Dans la complexité du scénario, il y a aussi le travail de groupe. On travaille rarement seule sur un film, sauf pour les plus motivés qui veulent se lancer dans le cinéma, mais c’est la qu’on voit si l’équipe va nous correspondre ou pas, s’ils sont en osmose avec leurs idées !

    Le plus dur pour nous ça a été la note d’intention, ça nous a pris beaucoup de temps avant d’être validé ! Ohlalala tu m’as vraiment rendu nostalgique avec cet article !

    1. Léa Dabrowski

      Je suis contente que l’article t’ai plu et t’ai rendu si nostalgique !
      Pour ma part, lors de mon dernier projet scénaristique ce qui a été le plus difficile et fastidieux c’est le schéma dramatique détaillé et le synopsis. On s’est tellement pris la tête avec ça ahah !

Laisser un commentaire